Articles

C'est la fête - Un an d'existence

Image
JOYEUX ANNIVERSAIRE !






Il est temps de souffler les bougies, de siffler les bouteilles, et de célébrer l'année à venir tout en honorant l'an passé.
MERCI.
200 fois Merci. C'est le nombre de personnes qui ont jugé qu'il était intéressant de suivre mon aventure sur Instagram.
70 fois Merci à mes adorateurs sur Facebook.
14 000 Merci, à vous, visiteurs discrets mais curieux. 
Lecteurs, amis, de passage ou en voyage régulier, du plus profond de mon coeur, je vous remercie. 
Cette aventure devient, chaque jour, un peu plus grande à mesure que vous la partagez à mes côtés. Semaine après semaine, le périple s'est transformé en plaisir. Plaisir impatient et renouvelé de vous livrer une découverte positive ou non de ces quatre coins du monde. 
Pour 2018, attendez-vous à encore plus de pépites. 
Cette planète regorge de talents littéraires. Des plumes s'affirment quotidiennement et je serai présent pour les remarquer et vous amener à les explorer aussi. 

En 2018, un tour d…

Helena Klakocar - Itinéraire bis n°50

Image
Croatie
Balkan Route et Passage en Douce de Helena Klakocar.
Après de nombreuses recherches pour essayer de mettre en lumière le conflit des Balkans à travers un autre support artistique que le roman de Slavenka Drakulic, j'ai découvert l'illustratrice Helena Klakocar qui a notamment sorti une oeuvre graphique intitulée Passage en Douce dans laquelle elle raconte son année d'exil (1991-1992), période durant laquelle les tensions entre serbes, bosniaques et croates n'ont fait que s'accroître. 
J'aurais peut-être l'occasion de vous reparler de cette bande-dessinée dans le cadre d'une parenthèse. En attendant, je vous propose de plonger dans les quelques planches qui vous dévoilent le coup de crayon assez marqué (presque agressif) de ses dessins. 
Bonne exploration !





Articles connexes : Le site personnel de l'artiste
Chronique sur Passage en Douce (sur DU9)

Slavenka Drakulic - Etape n°50

Image
Croatie
Je ne suis pas là, 2002, aux éditons Belfond, collection Les étrangères. Traduit par Mireille Robin. Malheureusement épuisé sur La Librairie.com et sur La Place des Libraires (mais si on est beaucoup à le réclamer, peut-être aurons-nous une réédition ?).


Quatrième de couverture :
Un matin de mai 1992, près de Sarajevo, une jeune institutrice bosniaque, de mère serbe et de père musulman est arrêtée par les soldats serbes avec les autres femmes du village. Les hommes, eux, son exécutés sur-le-champ.
Dans le camp où elle est transférée, la jeune femme découvre l'horreur du nettoyage ethnique. Alors que de l'autre côté du mur, dans le camp des hommes, les Serbes brûlent des cadavres jour et nuit, S. est enfermée dans la "chambre des femmes", mise à la disposition des soldats, humiliée, torturée et violée, jusqu'à ce que le capitaine du camp fasse d'elle sa protégée. 
En se livrant à cette curieuse prostitution, S. échappera à l'effrayante bestialité des…

Nash - Itinéraire bis n°49

Image
Côte d'Ivoire
Jette-toi dans la lagune de Nash.

J'aurais pu vous parler des illustrations faites par Véronique Tadjo pour ses livres destinés à la jeunesse. Mais étant donné que j'ai déjà fait une chronique sur son oeuvre littéraire, je voulais laisser la place à une autre voix féminine de la Côte d'Ivoire. 
Ce n'est autre que celle de Nash que je vous propose aujourd'hui d'écouter. Cette rappeuse nouchi ivoirienne s'est fait connaître avec une reprise de 1er Gaou du groupe Magic System. Mélangeant le style urbain propre au rap (avec une langue argotique), un ton humoristique et des sonorités africaines, les morceaux de Nash sont un plaisir pour les oreilles et le corps. 
Ici, un titre très drôle qui reflète en partie l'univers de Nash. 



Et pour parfaire l'horizon de cette artiste complète, je vous invite à écouter en bonus Omanh, qui est un hommage à sa mère - et  plus généralement, à toutes les mères du monde. Comme quoi le rap peut aussi être …

Véronique Tadjo - Etape n°49

Image
Côte d'Ivoire
A Vol d'Oiseau, 2003, aux éditions de L'Harmattan.Collection Encres noires.Disponible sur La Librairie.com pour 11,50 euros.



Quatrième de couverture :
"Bien sûr, j'aurais, moi aussi, aimé écrire une histoire sereine avec un début et une fin. Mais tu sais bien qu'il n'en est pas ainsi. Les vies s'entremêlent, les gens s'apprivoisent puis se quittent, les destins se perdent.
Tu dis en regardant le miroir : "Je n'aime pas ce que je vois". Tu as mal de tes faiblesses, tu as mal de tes échecs.
Ecoute, si tu peux supporter la pourriture que tu seras sous terre, ou si tu peux dire ; "Je ne veux pas pourrir, brûlez-moi !", alors tu feras bourgeonner des fleurs de liberté. Ta force surgira de tes faiblesses éparses et, de ton humanité commune, tu combattras les tares érigées en édifices royaux sur les dunes du silence."
Mon avis :
Qu'est-ce que je viens de lire ? 
Cette interrogation pourrait vous paraître une app…

Alejandra Fournier - Itinéraire bis n°48

Image
Costa Rica

El Cuervo et Pequenos Pasos d'Alejandra Fournier.


Pour le lien avec le roman de Daniel Quiros, il faudra repasser. A vrai dire, je ne voulais pas forcer le trait avec la chronique de la semaine et je me suis concentré sur l'idée de chercher une artiste particulière. J'ai donc découvert cette graveuse, du nom d'Alejandra Fournier, qui propose des oeuvres mystérieuses, parfois sensuelles, parfois étranges. 
J'ai apprécié les ambiances que dégagent les deux productions que je vous présente ci-dessous, c'est la raison pour laquelle je vous laisse faire de même.

Je vous dis à dimanche pour une nouvelle étape de ce périple littéraire, en Côte d'Ivoire.






Articles connexes :
Site personnel d'Alejandra Fournier Top 10 des artistes costariciens à suivre (Culture Trip) Introduction à la peinture au Costa Rica (Culture Trip)

Daniel Quiros - Etape n°48

Image
Costa Rica
Été rouge, 2014, aux éditions de L'Aube, collection Aube noire.Traduit par Roland Faye.Le roman coûte 8,50 euros sur La Librairie.com.



Quatrième de couverture :
Été rouge se déroule bel et bien dans la "Suisse de l'Amérique centrale", réputée à l'abri des convulsions, de la misère endémique, des régimes autoritaires ou corrompus sévissant dans les Etats voisins, notamment le Nicaragua. Un éden exotique avec un bonus "démocratique" rare dans ces contrées. C'est en tout cas la carte postale idéale vendue aux millions de touristes.
Daniel Quiros, on s'en doute, a trouvé la mariée un peu trop belle et a inventé un personnage d'ancien guérillero pro-sandiniste revenu de tout (mais pas de l'amour des livres), Don Chepe, pour en révéler les dessous nettement moins reluisants.
Alain Léauthier, Marianne.
Mon avis :
Tout commence dans un petit village, du nom de Paraiso. Pourtant, ce cadre idyllique qu'offre aux touristes le Costa Rica …