Silvina Ocampo - Etape n°12

Argentine


Mémoires secrètes d'une poupée, aux éditions Gallimard, NRF, 1993.

Traduit par Françoise Rosset.

Recueil disponible à 7,90 euros sur La Librairie.com (chez Gallimard).


Argentine


Quatrième de couverture : 


La plume de Silvina Ocampo, telle une baguette magique, fait surgir du réel, du quotidien le plus banal, un monde d'artifices, un univers de rêves, de cauchemars, de visions insolites qui reflètent avec un humour subtil les angoisses, les pulsions les plus secrètes - souvent douloureuses, parfois inavouables - de cet écrivain dont Borges, son ami, disait : "De tous les termes qui pourraient la définir, le plus précis, je crois, serait le mot : génial". 


Mon avis : 


Une farandole de nouvelles vous attend dans ce recueil de Silvina Ocampo. En tout, plus d'une trentaine de récits courts, certains parfois brefs, qui vous raviront (dans tous les sens du terme). C'est agréable à lire, car, même si les nouvelles sont indépendantes les unes des autres, il y a des connexions que Silvina Ocampo dissémine pour perturber, amuser le lecteur attentif. 

Parmi toutes ces histoires, certaines ne sont pas captivantes, certes, mais de façon générale, on se laisse transporter, heurter, par la violence qui pullule dans chacun des récits. En effet, ce que je retiens de toutes ces inventions, au-delà de l'atmosphère fantastique et onirique (caractéristique de la fiction latino-américaine insufflée notamment par Borges), c'est l'animosité, l'animalité qui réside en chacun des protagonistes inventés par l'écrivaine. Le viol, le meurtre, les pulsions sexuelles, les rivalités offrent au lecteur un cocktail détonnant. 

Je retiens aussi que les relations amoureuses chez Silvina Ocampo sont très tendues,voire sous le signe de la sécheresse. En somme, l'amour pour elle n'est pas source de bonheur, au contraire... 


La semaine prochaine, on échappe aux côtes Argentines pour rejoindre l'Arménie

Commentaires

Articles les plus consultés